Faut-il réellement éviter les projets immobiliers ?

Faut-il réellement éviter les projets immobiliers ?
Faut-il réellement éviter les projets immobiliers ?

Proposés à quelques milliers d’euros la part, les projets immobiliers battent leur plein en Belgique, et ce, aussi bien dans les grandes villes que les régions pour le moins reculées. Les annonces semblent être alléchantes. Et pourtant, nombreux sont ceux qui hésitent encore à sauter le pas. Vous en faites partie ? Voici comment bien gérer ce genre de projet d’investissement pour en assurer la réussite et la rentabilité.

Ne vous laissez pas avoir par les promesses des vendeurs, faites des recherches approfondies

Les vendeurs sont là pour obtenir votre signature et vous diraient tout ce que vous avez envie d’entendre pour ce faire. Aussi, ne faites pas uniquement confiance à ces derniers. Faites vos propres recherches. Sur ce genre de projet, il y a souvent des conseillers qui peuvent vous en dire davantage sur les tenants et les aboutissants. Vous ferez mieux de prendre rendez-vous.

Quelques informations sont de rigueur avant d’investir : la durée du projet, l’objectif final, la taille d’une part, la taille du bien en globalité, le nombre de personnes qui se sont déjà lancées si possible, et toutes les réponses aux questions qui vous taraudent. Normalement, si sortie du rendez-vous, vous êtes rassurée, il ne devrait pas y avoir de raison pour éviter d’investir. C’est d’autant plus le cas si vous avez le capital pour vous lancer.

Mais vous pouvez aussi passer par un autre rempart de sécurité : un comptable Saint-Gilles. Demandez à votre expert financier de faire une étude sur le projet en question : sa viabilité, ses rentabilités sur le long terme, etc. Plus objectif l’avis de votre expert-comptable devrait plus vous rassurer.

Préférez les immeubles professionnels que résidentiels : pourquoi ?

De préférence, on vous conseille de vous lancer davantage dans les immeubles professionnels que résidentiels. Eh oui, en Belgique c’est possible ! Les raisons sont simples. Les locaux commerciaux, les vitrines de vente ou centre commerciaux sont plus rentables que ce soit à court ou à long terme que les appartements ou résidences de luxe.

Les baux sont plus longs. Ils sont aussi plus chers. Et avec l’augmentation du taux d’auto entrepreneuriat en Belgique, trouver des locataires ne sera pas compliqué.

Faites des vérifications pour assurer vos placements

Faites toutefois quelques vérifications sur le projet et sur le promoteur en lui-même avant de vous lancer afin d’assurer vos placements. Il s’agit tout de même d’un projet sur plusieurs années, qui ne vous sera rentable que s’il est parfaitement achevé. Une garantie de parfait achèvement ne serait donc pas du luxe afin qu’une assurance puisse prendre le relais si jamais le promoteur se retrouve en faillite en cours de route.

Bien évidemment, si vous faites appel à un professionnel qui a des années d’expérience dans la gestion de projet et une bonne réputation, les risques sont minimes. Quand bien même, c’est une assurance qui vous garantit aussi une certaine quiétude d’esprit.

Évitez d’investir à crédit

Enfin, quoi qu’il advienne, ne vous lancez jamais à crédit dans un projet immobilier. Demandez un bilan de la part de votre comptable Saint-Gilles pour espérer trouver une autre solution. De toute manière, on est loin des centaines de milliers d’euros nécessaires pour accéder simplement à la propriété. Selon le projet et laquote part auquel vous souhaitez souscrire, quelques milliers d’euros devraient suffire.

Mais pourquoi pas à crédit ? La raison est que les mensualités de votre emprunt seront effectives immédiatement après l’obtention du capital. Et pourtant, un projet immobilier peut prendre encore plusieurs années. C’est donc un trop gros risque que vous ne devez pas prendre si vous souhaitez éviter le surendettement. Pour toutes informations et pour plus de précisions, n’hésitez pas de visiter le site en ligne.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*